LA POPULATION DES DEPARTEMENTS D'OUTRE-MER 1999

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    saint martin / sint maarten forum Index du Forum -> Au petit bar de plage
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Mil_as
Membre super actif


Inscrit le: 12 Jan 2005
Messages: 1552
Localisation: Sud de la France (Gard)

MessagePosté le: Mar Aoû 21, 2007 5:10 am    Sujet du message: LA POPULATION DES DEPARTEMENTS D'OUTRE-MER 1999 Répondre en citant

YOOOoooo...
Comme promis.. voici le petit texte..! Shocked
Laughing Laughing PDT_Piratz_05
A+++++
Citation:
INSEE Première N° 665 - JUILLET 1999



LA POPULATION DES DEPARTEMENTS D'OUTRE-MER
RECENSEMENT DE LA POPULATION DE 1999




Population des DOM-TOM en 1996 et 1999
Source : Insee

Superficie Pop. 1996 Densité Pop. 1999 Densité
km² milliers hab/km² Milliers hab/km²
Guadeloupe 1 702 428 251 422 248
Guyane 83 534 163 2 157 2
Martinique 1 128 392 348 381 338
Réunion 2 512 664 260 706 281




Presque 4 % des résidants en France vivent outre-mer, c'est à dire dans les départements d'outre- mer (Dom), les territoires d'outre-mer (Tom) ou les collectivités territoriales (Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon). Cette population s'élève désormais à 2 233 600 personnes. Les trois quarts résident dans les Dom, soit 1 665 500 de personnes. La population des Dom a fortement augmenté depuis le précédent recensement, mais avec de fortes disparités. Ainsi, depuis 1990, le taux de croissance annuel de la Guyane est de 3,6 %, celui de la Réunion de 1,9 %, et celui de chacune des Antilles est inférieur à 1 %. La forte natalité reste un facteur déterminant de ces évolutions. Les migrations gardent un impact significatif mais très différencié selon le Dom considéré.
Au 8 mars 1999, 1 665 500 habitants ont été recensés dans les quatre départements d'outre-mer (Dom). Avec les 568 000 habitants des territoires d'outre-mer et les 58 416 500 habitants de la métropole, la France compte 60 650 000 habitants ( tableau 1). Depuis le précédent recensement de 1990, la population des quatre Dom a augmenté de 206 400 personnes, soit une croissance de 1,5 % par an ( graphique 1). Ce rythme est quatre fois supérieur à celui de la métropole. Cependant, il est en baisse d'un demi point comparé à celui constaté sur la période intercensitaire précédente (1982-1990).
La hiérarchie entre département établie en 1990 n'est pas remise en cause. La Réunion reste, de loin, le Dom le plus peuplé avec 705 100 habitants. La Guadeloupe conforte sa différence de population sur la Martinique bien que leurs évolutions soient très semblables ; elle compte près de 40 000 habitants de plus que la Martinique (421 600 contre 381 500). La Guyane en 32 ans a presque quadruplé sa population. Cette dernière, avec 157 300 habitants, ne représente cependant que 10 % de la population des Dom.
Par département, l'évolution annuelle sur la période est très contrastée. La Guyane garde son statut de Dom le plus dynamique avec une évolution annuelle de + 3,6 %. Suivent la Réunion avec + 1,9 %, la Guadeloupe avec + 1 % et la Martinique avec + 0,7 %. Cependant seule la Réunion a un taux d'évolution stable d'une période inter-censitaire à l'autre (1,9 % par an). Les autres Dom voient tous ce taux diminuer.
Un fort excédent naturel
Plus de 90 % de l'augmentation de population est due à l'excédent naturel, c'est à dire au surplus des naissances sur les décès ( tableau 2). Les Dom ont encore une natalité élevée même si la tendance est à la baisse. En moyenne, il y a chaque année dans les Dom contre seulement treize en métropole. La jeunesse de la population continue à alimenter la croissance. Pour la même raison, le nombre de décès est globalement faible : on compte chaque année six décès pour mille habitants contre neuf en métropole. Cependant, à âge comparable, la mortalité est plus élevée dans les Dom.
Une moindre attractivité des Dom, excepté pour la Réunion
Globalement, le solde des entrées-sorties de population des Dom est excédentaire, mais il est très faible : 5 200 personnes. Il était beaucoup plus élevé sur la période intercensitaire précédente (+ 50 100 entre 1982 et 1990). Par département, la situation est très contrastée ( tableau 3).
Le solde des entrées-sorties de la Guadeloupe correspond à une perte de 9 500 habitants alors qu'elle en avait gagné 22 000 entre 1982 et 1990. En Martinique, la perte est de 11 400 contre un léger gain de 300 auparavant. Les Antilles retrouvent ainsi une tendance de long terme à l'émigration de population qui n'avait été remise en cause qu'en 1990. La situation économique des îles reste toujours difficile et les débouchés qualifiés se trouvent plus aisément en métropole. Le retour au pays des retraités resterait marginal.
En Guyane, le gain des entrées sur les sorties de population s'est réduit fortement : il est de 10 300 contre 25 000 entre 1982 et 1990. Plusieurs facteurs économiques et politiques sont à l'origine de ce tassement : les grands travaux ont pris fin (installations du site de lancement d'Ariane V (ELA3), barrage de Petit-Saut, déviation de la RN1...) et la fin de la guerre civile au Surinam a incité nombre de réfugiés à retourner au pays.
À l'opposé, l'île de l'océan Indien se découvre attractive. Le solde des entrées-sorties de la Réunion augmente fortement, passant de 3 000 à plus de 15 400. Les efforts d'information en métropole sur l'île, le boom du tourisme, les nouvelles facilités de transports aériens sont autant de facteurs qui ont contribué au surplus d'arrivée sur les départs. L'île " intense ", sans atteindre les niveaux des Antilles, devient une destination prisée. Les données actuelles ne permettent pas encore de mesurer l'impact sur ce solde des retours au pays.
Fort accroissement de population en périphérie des villes
Les pôles économiques de chacun des Dom ont un solde d'entrées-sorties négatif, faible pour Cayenne (- 600 personnes), conséquent pour Saint-Denis (- 8 000 personnes) et Pointe-à-Pitre (- 8 000 personnes, - 15 000 personnes en incluant Abymes) et très conséquent pour Fort-de-France (- 14 800 personnes). Cette évolution se fait au bénéfice des communes situées à la périphérie des centres urbains.
Ainsi, en Guadeloupe, l'hyper-centre qu'est Pointe-à-Pitre passe de 26 000 habitants en 1990 à 21 000 en 1999, soit une baisse de plus de 20 % de sa population tandis que la commune voisine de Baie-Mahault augmente sa population de plus de 50 % sur la même période en gagnant 8 000 personnes. Le mouvement de population s'étend cependant bien au-delà des communes contiguës. Sainte-Rose, Lamentin au nord de la Basse Terre augmentent aussi fortement. Elles passent respectivement de 14 000 habitants à 17 500 et de 11 300 à 13 400. Petit-Bourg et Goyave à l'est de la Basse Terre augmentent de même fortement respectivement de 5 600 et de 1 400 habitants, soit des progressions de plus de 35 % pour ces deux communes. Basse-Terre, la préfecture, perd près de 1 500 habitants, Saint-Claude et Baillif sont aussi en retrait. Le sud de la Basse Terre, de manière globale, est en perte de vitesse par rapport au reste de l'île. Dans cette zone, seule Goubeyre (+ 1 200 habitants) tire son épingle du jeu. A contrario, le sud de la Grande Terre (Le Gosier, Sainte-Anne, Saint-François) a une croissance supérieure à 20 %.
En Martinique, Fort-de-France passe largement sous la barre des 100 000 habitants. La réhabilitation des quartiers insalubres, le développement de logements sociaux dans d'autres communes et d'une manière plus générale, la décohabitation auraient favorisé le départ de près de 15 000 personnes. La croissance de la population de l'île est presque uniquement due aux communes du centre : Ducos (+ 2 800 habitants), Le Lamantin (+ 5 000), Rivière-Salée (+ 3 500), Trois-Îlets (+ 600). Le déséquilibre entre le sud et le nord s'accentue. Le sud gagne moins d'habitants qu'auparavant ; des problèmes de foncier commencent à apparaître. Mais le nord continue de se dépeupler à l'image de Saint-Pierre qui perd 600 habitants. Le Lamentin comme en 1990 connaît la plus importante progression en valeur absolue.
La Guyane est le département ayant la plus forte progression relative. Ainsi, seules deux communes de Guyane perdent en population : Iracoubo (- 150 personnes) et Sinnamary (- 650) (fin des grands travaux). La commune de Macouria augmente de plus de 140 % pour dépasser les 5 000 habitants. Cayenne reste de loin la commune la plus peuplée du département avec plus de 50 000 habitants. Cependant, les 9 600 habitants supplémentaires ne représentent qu'une augmentation de 23 %, bien en deçà de la moyenne départementale (37 %). Les communes de Macouria, Montsinnery-Tonnegrande et Matoury, en périphérie de Cayenne, profitent bien davantage de l'expansion de la population guyanaise. La part relative de Matoury en Guyane passe de 8 à 11 % entre les recensements de 1990 et 1999.
Population en hausse pour toutes les communes de la Réunion
La Réunion est le seul Dom dont la population de toutes les communes croît. Dans chacune des communes, une forte natalité donne une dynamique suffisamment forte pour compenser nettement les départs. La Possession et Sainte-Marie au nord, Étang-Salé et Le Tampon au sud ont une progression de population entre 1990 et 1999 de plus de 25 %. Ces dernières se caractérisent par la présence de grands pôles d'activités à proximité, de grands axes routiers et de terrains constructibles disponibles et peu onéreux. A contrario, les grands pôles d'activités que sont les communes de Saint-Denis et Le Port progressent de moins de 10 % et ont un solde d'entrées-sorties fortement négatif.
D'ailleurs, ces communes ont peu d'espaces disponibles ; qui plus est, leur coût foncier est peu abordable. En outre, elles sont déjà fortement urbanisées. Les autres pôles d'activités que sont Saint-Louis et Saint-Pierre enregistrent un solde d'entrées-sorties légèrement positif. La présence d'espaces fonciers leur permet de continuer à se développer. Les communes de Salazie, de Cilaos et dans une moindre mesure de Sainte-Rose et de Trois-Bassins souffrent de leur isolement. Il est possible de parler pour ces communes d'exode rural. Les difficultés à joindre un lieu de travail qui ne se trouve pas sur place sont à l'origine des départs.
Pour comprendre ces résultats
Les chiffres présentés ici sont des premiers comptages qui seront mis à jour progressivement durant l'été 1999.
Les populations mentionnées sont des populations "sans doubles comptes". Pour le calcul de la population légale, certaines personnes - élèves internes, militaires en caserne, travailleurs en foyer, étudiants en cité universitaire, personnes en maison de retraite, etc. -sont en effet comptabilisées d'une part dans la commune de l'établissement où elles séjournent, d'autre part dans leur commune de résidence personnelle. Il en est de même des étudiants ayant un logement personnel, comptabilisés dans leur commune de résidence et dans celle de leurs parents. Dans la population sans doubles comptes, chaque personne n'est comptée que dans une seule commune.
Le solde apparent des entrées-sorties est calculé comme la différence entre la variation de population et le solde naturel. Il représente à la fois la différence entre les entrées et les sorties de la zone et la différence de qualité entre les deux recensements. Dans le cas d'un Dom, le solde calculé concerne les mouvements entre le Dom et la métropole, les autres Dom ou Tom ou l'étranger.


Olivier Frouté division Recensements de la population, Insee



Pour en savoir plus...


" Recensement de la population de 1999 - Premier comptage national ", Insee première, n° 663, juillet 1999.

" La population des régions (métropole) - Recensement de la population de 1999 ", Insee première, n° 664, juillet 1999.

Des informations sur la démographie des départements d'outre-mer sont publiés dans Antiane pour les Antilles-Guyane et L'économie de la Réunion pour la Réunion.

Évolutions démographiques de 1990 à 1999 - Données provisoires (CDROM, disquettes, Internet, publications) à partir de juillet 1999.

La série bleue " Populations légales " provisoires (CDROM, Internet, publications) présente les résultats communaux définitifs du dénombrement. Ces données sont authentifiées par décret. À partir de janvier 2000.

La série orange " Évolutions démographiques 19962-1999 - Données définitives " (CDROM, Internet, publications) paraîtra au cours du 1 er semestre 2000.

La série jaune " Premiers résultats statistiques " (CDROM, Internet, publications) paraîtra à la fin du 1 er semestre 2000.


Ouuffff....
J'en ai mal aux doigts!!!!!


On m'a parlé des copier/coller... C qui ca..???
Laughing Embarassed Rolling Eyes



_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Mil_as
Membre super actif


Inscrit le: 12 Jan 2005
Messages: 1552
Localisation: Sud de la France (Gard)

MessagePosté le: Ven Aoû 31, 2007 1:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
Pas de comentaires...?
Je vous ai soulé là...!!!!
Re Laughing Laughing Laughing MDR!



_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
odile
Membre super actif


Inscrit le: 20 Nov 2005
Messages: 180
Localisation: toujours à l'ouest

MessagePosté le: Ven Aoû 31, 2007 4:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mais non mais non Confused !!! sauf que ce sont des chiffres de 1999 donc tu peux recommencer avec ceux de ....plus recents quoi !!! Very Happy


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    saint martin / sint maarten forum Index du Forum -> Au petit bar de plage Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Theme created by Vjacheslav Trushkin
Traduction par : phpBB-fr.com